• La Belle Epoque en Bande Dessinée

    Vous jouez encore aux Jeux de Rôles vous ? C’est que probablement il doit vous manquer une case, et qu’en plus vous n’avez rien de mieux à faire que de coincer la bulle, plutôt que de vous lever tôt pour relancer la croissance qui va mal.

    Si vous êtes un tant soit peu observateurs vous l’aurez peut-être remarqué : nous approchons à toute vitesse de la période commerciale dénommée «Fêtons noël !» A cette occasion vous allez peut-être voir arriver dans vos chaussons quelques albums cartonnés vendus à un prix absolument abusif par les grossistes de la culture de masse*. Alors autant que ça serve la cause ! Je me propose ici de vous en présenter quelques uns bien sympas qui pourront vous servir de sources d’inspiration pour vos parties de jeux de rôles se déroulant à la Belle Epoque.
     
    Le club Green Manor

    green.jpg A tout saigneur toute horreur, commençons par l’impitoyable série de Bodart et Vehlmann : Green Manor. Excellentissime, elle est publiée par Dupuis et compte pour le moment trois volumes (Assassins et gentlemen, De l’inconvénient d’être mort, Fantaisies meurtrières). Le point commun de tous les épisodes se trouve être une sorte de Club Crime avant la lettre. Baptisé Green Manor justement, il rassemble tout ce que Londres compte de notables dérangés, de distingués assassins et de fils de bonne famille sans foi ni loi qui pour se divertir et passer le temps élaborent en esprit toutes les façons possibles de faire passer leurs prochains de vie à trépas, et parfois passent à l’action. C’est le cadre idéal pour des PJs de Crimes qui voudraient passer le Channel, ou pour des joueurs de Maléfices qui voudraient s’aérer en découvrant une ambiance plus cruelle (mais néanmoins So British) que celle du Club Pythagore. Ca pourrait même le faire pour une petite partie de ce bon vieux (et pour le moment inégalé) Cthulhu by Gaslight, en rajoutant une louche d’horreur.
    GREEN-03-F-02.jpg

    Un Méridien vaut mieux que deux tu l’auras

    Passons à quelque chose de plus baroque encore, et même franchement uchronique. La série intitulée Le Méridien des brumes (quel beau titre !) nous balade en dirigeable à travers l’Afrique dans une année 1898 franchement parallèle et nous ramène de temps en temps dans un Londres complètement Steampunk où l’on peut rencontrer tous les personnages célèbres de l’époque, qu’ils soient réels ou fantastiques. C’est vraiment une bonne série que nous propose chez Dargaud le duo Antonio ParrasErik Juszezak, et mon seul regret c’est qu’il ne compte que deux tomes (Aubes pourpres et Saba). Ces aventures-là pourraient plutôt concerner des personnages du jeu publié il y a déjà des années par Casus Belli Aventures Extraordinaires et Machinations Infernales.

    mdesbrumest1-1.jpg
     
    Allez, il y en a un peu plus, je vous le mets quand même : en plus de cela il me semble indispensable de lire ou relire le formidable (vraiment) roman Steampunk coécrit par William Gibson et Bruce Sterling qui a lancé le genre : La machine à différences. En plus ça vous fera une petite pause entre deux BDs.
    lp27231.jpg
     
    C’est grave Docteur ?
     
    Une autre série dont l’humour décalé est véritablement savoureux conviendrait très bien aux joueurs d’AE&MI : celle des aventures du Docteur Mystère chez ERKO. Racontées par lui-même aux célèbres artistes Castelli & Filippucci, elle est assez librement inspirée du roman du même nom écrit par Paul D’Ivoi (de son vrai nom Paul Deleutre) en 1899 et publié dans la collection Les Voyages Excentriques par l’éditeur parisien Boivin & Cie. Il y a un je ne sais quoi** dans ces pages qui me rappelle les aventures de Jack Burton. Voyez ça et dîtes moi si vous savez d’où ça peut venir.

    DocteurMystereVeritablesSouvenirsDu2-13012005.jpeg
     
    Peinture, Sculpture, Nourriture ?
     
    Tant que j’y suis je fais mon cultivé en vous parlant aussi d’une sortie très intéressante exposition que vous pourrez faire pour vous désengourdir les jambes après avoir lu tout ça, toujours dans l’idée de vous inspirer un grand coup. Il s’agit de l’exposition proposée au Petit-Palais*** jusqu’au 27 janvier consacrée au sculpteur tourmenté Jean Carriès, dont son biographe notait que dans son atelier il faisait «macérer ses drogues, des liquides, des fruits aigris ou toxiques, jetés à l’aventure pour obtenir le hasardeux mystère». Détail qui tue pour vous convaincre que vous ne pouvez pas rater ça : l’article que Libération du lundi 19 novembre 2007 consacre à cette exposition  note que «La nuit, certains gardiens refusent de passer dans les salles si elles ne sont pas éclairées». On n’est pas très loin d’une ambiance à la Cthulhu. Il faut avouer que ses métamorphoses ont quelque chose de dérangeant, un peu de Jérôme Bosch d’ailleurs. Quand je vois ça je me dis que le style de Gilles Lautussier qui a assuré une grande partie des illustrations de Maléfices à travers les années et vient de signer le nouvel écran de ce jeu (dont vous trouverez bientôt la critique dans notre rubrique Les dossiers de l’écran – restez scotchés comme dirait le Capitaine Haddock) restitue aussi très bien cette ambiance. D’ailleurs saviez-vous que sa nouvelle activité professionnelle est… la sculpture !

    m-Jean-Joseph-Marie-Carri-s---Sculpture-Masque-d-horreur-1891-1892.jpeg

    * : la bonne blague racontée par Luz dans le dernier Bo-Doï : quelle est la différence entre une librairie BD des années 70 et une grande surface d’aujourd’hui ? Dans la librairie des années 70 il n’y avait presque rien mais tout était bien ; dans la grande surface d’aujourd’hui il y a presque tout mais rien n’est bien.
    ** : en français dans le texte
    *** : www.petitpalais.fr

    « Voyage dans les mondes virtuelsLa gargouille bouge encore ! »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 2 Janvier 2011 à 19:16

    LE MERIDEIN DES BRUMES qui m'a attiré vers ton blog ets en effet superbe, et je pense au si tu avais redigé cet article pour noel 2010, tu y aurais inclus l'encyclopédie de la brigade chimerique, le jeu de role adapté de la bd du même nom.

    2
    Narbeuh
    Mercredi 17 Septembre 2014 à 11:14
    Mais où va-t-il trouver toute cette belle culture, ce David ?

    Ah, vraiment, je vous le demande.

    http://mondesenchantier.over-blog.com/article-2078330.html

    Hum.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :