• Panorama de la gamme Miles Christi (2ème partie)

    (la suite...)

    locus.jpg Vient ensuite le supplément "Locus Palmarum", à la fois contexte et recueil de scénarios (2 seulement mais à partir de deux, c'est un recueil, non ?). Déjà, ça commence plus que bien : les auteurs ont recruté un mercenaire extérieur à leur équipe habituelle et c'est juste Jean-Pierre Pécau. Comme cet autre JPP est (aussi) une de mes idoles dans le milieu (après les articles "noir" de David, ça va finir par faire blog de vieux mafieux ici...) depuis CyberAge et Capitaine Vaudou notamment, ça augure bien de la suite. Alors le bouzin a une couverture similaire à celle du supp précédent avec de jolies couleurs en plus. Il fait ses 120 pages bien remplies mais aussi bien maquettées et toujours aussi bien illustrées.


    Une grosse moitié du supplément est consacré à la minutieuse description d'une commanderie templière (celle de Paumiers, d'où le titre) avec plans et PNJ (un portrait par tête de pipe, c'est la fête). Le background est élargi avec les environs de la commanderie (description de la ville la plus proche, campagne environnante, lieux d'aventure potentiels...). Bref, l'endroit idéal pour centrer une campagne.

    Le reste du bouquin est composé de deux aventures prenant, bien évidemment, place dans le contexte décrit précédemment. Sans surprise là aussi, les deux aventures peuvent se jouer l'une à la suite de l'autre de façon à former une mini-campagne. Sur le contenu des scénarios, je signalerais juste que le fantastique est assez présent, plus que dans les scénarios précédents. Cela s'explique aussi par le fait que la commanderie de Paumiers est isolée, aux confins des mondes connus par les occidentaux au 12ème siècle. Au-delà, c'est bien connu à l'époque, s'étendent les terres des hommes à tête de chien ou celles des hommes ayant une bouche sur le torse. Ils fumaient quand même de la bonne à l'époque, pas vrai ? En tout cas, cette localisation au bord des "terra incognita" (je vous l'avais bien dit...) de la Chrétienté me semble vraiment une bonne idée pour y placer une grande variété de scénarios et donner une dimension un peu "survival" à la campagne. La fin du livret est occupé par les plans, portraits de PNJ et indices matériels à distribuer aux joueurs. Vraiment dommage de ne pas avoir repris l'idée de fiches de PNJ à découper comme dans "La richesse de l'émir".

    Bilan : le plus utile de tous les suppléments de la gamme. Presque indispensable pour pouvoir se lancer en tout confort dans une campagne Miles Christi.

    assasins.jpg Le suivant, qui est aussi, hélas, le dernier, est le plus gros de tous et aussi celui qui était le plus attendu. "Assassins" aborde en effet le "camp adverse" (les musulmans pour ceux qui ne suivent pas du tout, du tout...) à travers le prisme des fameux Haschischins, les légendaires précoces promoteurs de la fumette et de l'attentat politique façon kamikaze. Des proto-ninjas kamikazes fumeurs de beuh... je sens que ça va donner des idées à David, ça ;-! Pour redevenir sérieux, j'avais adorer lire Alamut, le roman de Vladimir Bartol sur ce sujet, j'attendais donc beaucoup de ce supplément.

    Matériellement, c'est un peu la déception. Les 110 pages du supplément sont moins illustrées, mises en page d'une façon peu lisible (ouééééé, le maquettiste avait trouvé la fonction "fond de page" sous Xpress :-(((( La couverture, maronnasse et sobre à l'excès, ne reprend ni le format, ni la qualité de papier des précédents supp. Ce n'est pas la catastrophe non plus mais cela sentait fort la fin de siècle chez SPSR, l'éditeur du jeu.

    Surtout, le contenu est bâtard. Ce n'est pas vraiment un supplément à Miles Christi, pas un nouveau jeu non plus (toutes les règles n'ont pas été reprises). Comme on dit aujourd'hui pour faire branché, c'est un spin-off qui propose d'incarner des Assassins dans le contexte habituel du jeu. Donc, on décalque tout le livre de base façon Islam : nouvelle fiche de perso, nouvelle incarnation de la procédure de création de perso (la même mais avec des figures différentes), nouveaux miracles... C'est à la fois un peu fastidieux et un peu vain : difficile d'être complet en 110 pages quand tout ou presque est à reprendre à zéro. Pis faut avoir envie de changer complètement de campagne et planter là tes templiers habituels pour récréer des persos neufs.

    Mouaif. Sans être mauvais, loin de là (la qualité du traitement reste fidèle à l'espirt de la gamme), ce supplément me semble être une erreur de casting éditorial. Miles Christi a réussi à imposer une identité forte (exploit, le pitch complet du jeu original tient en une phrase : "Jouer des templiers au 12ème siècle dans une Terre Sainte oscillant entre réalité historique et fantastique cohérent"). Mais le jeu n'a, au final, que peu de suppléments pour explorer cette idée de départ : une soixantaine de pages de background supplémentaire dans "Locus Palmarum" et 5 scénarios en tout et pour tout en comptant celui du livre de base. Pas bézef' pour un MJ qui ne se sent pas d'écrire sa propre campagne dans un contexte historique et littéraire exigeant. Alors pourquoi vouloir changer entièrement les paradigmes du jeu ? Vraiment bizarre. Surtout que les idées de supplément ne manquaient pas apparemment. Les annonces avortées de la fin du livret de l'écran (voir article précédent) annonçaient notamment un "Malleus Malleficarum" très prometteur consacré au Diable et à ses démons. Et qu'un spin-off permettant de jouer dans les commanderies templières de France aurait aussi été un must pour transformer Miles Christi en jeu médiéval parfait et polyvalent.

    milescartes.jpg Bon, bien sûr, "Assassins" peut servir quand même à une campagne traditionnelle : ils font de super-adversaires ou des alliés ambigües à souhait pour les PJ, le scénario fourni est jouable à la fois par des musulmans et des chrétiens... Mais, sur 110 pages, cela fait peu de choses.

    Y en a un peu plus, je vous le mets ? Bah oui, il y a aussi le goodies de la mort : le jeu de cartes Miles Christi ! Pour les lecteurs infidèles de Mondes en Chantier, je rappelle que le système de jeu n'utilise que des cartes à jouer traditionnelles. Ce goodies a donc une vraie légitimité. Superbement illustré par Thibaud Béghin (dos et figures), il ne sert vraiment à rien mais pourquoi se priver puisque c'est joli et que, de toute façon, il vous en faut un pour le jeu ? Bon, des cartes à jouer au 12ème siècle, question ambiance, ça fera tiquer les plus exigeants des historiens mais, ça, c'est un péché original du jeu....

    Au final, très bonne gamme pour un jeu qui rejoint fissa mon panthéon personnel aux côtés de jeux comme Rêve de Dragon ou Maléfices. Dire que j'avais raté ce jeu à l'époque. Des fois (souvent ?), on est con quand on est jeune...
    « Panorama de la gamme Miles Christi (1ère partie)Life in 2K20 »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 7 Décembre 2007 à 22:25
    Juste pour rassurer [ALT+R] Fred, la Cour d'Obéron est ouverte à tout nouvel arrivant. Bien sûr, comme dans beaucoup de forums, il y a des "habitués", mais je crois pouvoir dire que nous accueillons sans difficulté ceux qui franchissent le seuil. :-)

    Donc, si tu souhaites venir discuter de Miles Christi dans la Cour, tu y seras par d'autres passionnés de ce jeu. La passion partagée ouvre bien des portes !
    2
    Samedi 19 Avril 2008 à 00:49
    Un p'tit mot en passant pour indiquer que c'est avec joie que je constate qu'il y a encore des joueurs de M+C et que j'ai (enfin...) mis en ligne la fin de la campagne initiée il y a près de 5 ans.

    Si le coeur vous en dit, je vous invite à en prendre connaissance.

    Ludiquement

    Demehet
    3
    [ALT+R] Fred
    Mercredi 17 Septembre 2014 à 11:15
    M+C est l'un de mes jeux favoris. Le voir mis à l'encan à vil prix me procure un double sentiment : déception qu'il n'ait pas trouvé son public plus tôt et finisse bradé ; joie à l'idée que de nouveaux joueurs, pas plus intéressés que ça par le passé, vont le découvrir.
    Habitude du jeu ? Je pourrai partager mes sentiments en paire (de valets) pendant longtemps. Ravi de la possibilité de discuter de ce jeu avec d'autres, je suis un peu vexé de n'être plus "l'un de ceux qui connaissent M+C". Conscient que le système, le setting, le type de scénarios, concourrent à créer un jeu de niche forcément peu populaire, je n'en garde pas moins l'espoir de faire jouer à ce jeu le plus possible, que tout le magnifique travail des auteurs n'ait pas été fait en vain. Dualité quand tu nous tient...
    Locus Palmorum est mon supplément préféré mais je comprends que La Richesse... ait les faveurs des lecteurs. Le principe du récit "historique" est excellent : je me demande d'ailleurs pourquoi ce n'est pas plus utilisé en JdR. Et pourquoi le narrateur est-il en cellule, d'abord ? De là à écrire l'histoire du manuscrit, il n'y a qu'un pas ^^

    Quant au fantastique... J'ai pas mal d'idées de scénarios pour M+C et j'en ai rédigé quelques-unes. Mais je ne parviens pas à glisser beaucoup de fantastique dans mes histoires. Mes connaissances bibliques sont minces, celles de la Terre sainte squelettique et la wikipédia n'est pas toujour assez disserte sur les croisades, les sarrasins ou les symboles.
    Je pense que les scénarios ne devraient pas tous toujours contenir des éléments surnaturels : alterner des situations terre-à-terre avec des intrigues mystiques me plait, dans l'idée, davantage. Mais après, l'on est prié de faire comme on veut. Les auteurs ne reprennent-ils pas la phrase de Dumas : qu'importe de violer l'histoire, pourvu que les enfants soient beaux ? Si ça c'est pas de la légitimation, alors...

    Puisse M+C connaître une nouvelle jeunesse quand la gamme finit d'être vendue. Mais de grâce, qu'il ne reste pas sur l'étagère.
    4
    lordsamael
    Mercredi 17 Septembre 2014 à 11:15
    sympa ce tour de gamme

    les scénarios du commerce sont t'ils reliable en campagne ?
    genre basé les persos a la commanderie de Paumiers et puis faire jouer tous les scénars dispos ?

    Merci
    5
    [ALT+R] Fred
    Mercredi 17 Septembre 2014 à 11:15
    Les scénarios publiés ne sont pas proposés dans l'optique de les relier en campagne. On doit pouvoir, bien sûr. Mais c'est pas inscrit tel quel dans les intrigues. Un peu de travail en perspective, quoi.
    "La Richesse de l'Emir" se déroule dans le nord du royaume de Jérusalem, quand Paumiers est tout au sud. Pour celui de l'écran, c'est moins marqué mais j'y mettrai pas ma main au feu....

    Le petit truc gênant, c'est qu'à Paumiers, on ne parle pas de la commanderie où se déroule le scénario du livre de base.  C'est pourtant dans le coin, à ce que j'ai compris de la localisation (un peu floue) de ladite commanderie.
    C'est en tout cas une très bonne idée de baser les Frères à Paumiers, je n'y avais pas pensé. C'est pas trop loin de Jérusalem tout en étant quasiment dans un autre monde.

    En fait, j'ai tjs vu M+C comme un jeu à mission : allez là et faites pour le mieux une fois sur place. Regret : puisque tout part de là ou y arrive, la maison chêvetainen aurait pu être plus décrite, avec ses mystères, ses secrets, ses geoles, ses anciens... Suinon, c'est : mes Frères, nous avons une mission pour vous.

    N'oubliez pas de passer voir Q pour les gadgets puis, heu non c'est un autre jeu. Quoique M, c'est un peu le grand maître de 007. Niveau chasteté en revanche... ^^

    Bon jeu, beau doux frère templier. Qu Dieu te garde.
    6
    Narbeuh
    Mercredi 17 Septembre 2014 à 11:15
    Pas grand chose à ajouter à l'excellent commentaire de [ALT+R] Fred !  Je conseillerais en effet (mais de façon purement théorique, je le rappelle) de centrer la campagne sur la comanderie de Paumiers mais faire jouer alors les autres scénarios peut demander des modifications importantes ou quelques voyages plus ou moins tirés par les cheveux. Toutefois, la mobilité est justement une des grandes vertus des ordres de chevalerie à l'époque des Croisades alors autant en profiter ;-!
    7
    Narbeuh
    Mercredi 17 Septembre 2014 à 11:15
    Non seulement le monsieur il autorise la pub pour un PBF Miles Christi mais il pose aussi sa candidature pour jouer !
    Mais n'hésite pas à poster sur le forum de la Cour l'ambiance y est tout fait accueillante.
    8
    [ALT+R] Fred
    Mercredi 17 Septembre 2014 à 11:15
    Grâce aux braderies, M+C a effectivement gagné des amateurs : je suis allé sur le forum de la Cour d'Oberon & des fans se proposent de créer un scénario d'initiation à plusieurs. L'initiative est sympa, j'ai hâte de voir le résultat.

    Pour ma part, je ne suis pas un habitué du forum de la Cour et je ne me sens pas trop de m'immiscer dans leur groupe d'habitués. J'ai pourtant développé plusieurs idées pour M+C. Faute de joueurs, j'espère les proposer en PBForum. Je ne manquerai pas de faire un peu de pub ici-même quand ça va se concrétiser, enfin... si Monsieur Mondeenchantier m'y autorise ^^

    J'espère surtout que ça ne sera pas un coup d'épée dans l'eau. Ressussiter un jeu est un travail de longue haleine, et j'ai vu plusieurs tentatives ne pas connaître de résultat probant. L'avenir nous le dira : mais "aide toi et le Seigneur t'aidera" alors il faut y croire (et participer).

    C'est un sujet tellement plaisant, évocateur, exaltant. Quoiqu'on pense des réactions des européens face aux sarrasins, ce fut tout de même une sacrée (!) aventure, une époque imprevisible et même surprenante, des vies toujours prêtes à basculer dans la victoire ou la défaite, un siècle où tout s'est trouvé sur le fil du rasoir, hésitant entre deux destins, deux vues du monde, deux façons de voir. Hésitation dont on parle encore aujourd'hui, 800 ans après la chute de Jérusalem... C'est dire.
    Bref : jouez des Templers, c'est bien !

    Encore merci pour le lien vers la promo DrivethruRPG : c'est mon imprimante qui va être contente (heu, plutôt celle de mon boulot ;-)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :