• votre commentaire

  • votre commentaire
  • Ce blog étant le carnet de route de nos activités rôlistiques, il est normal que je crossposte un peu. Si vous êtes des fidèles de Aux Pays de Nulle Part, le blog dédié à Terra Incognita, d'abord, sachez que l'on dire de vous "voilà des braves". Ensuite, vous pouvez retourner à une activité normale car vous avez déjà des infos.

    Pour les autres, signalons donc une forte présence de MeC dans le #34 du confrère JDR Magazine.

    Tout d'abord, JDR Magazine, redevenu un excellent organe de presse depuis sa vigoureuse reprise en main (je rappelle que, s'il faut chercher un peu, il n'en reste pas moins que JDR Magazine est le denier mag' de jdr présent en kiosques) est le premier mag' à dévoiler des infos précises sur le futur supplément TI.

    jdr-mag-couv

    Pour rappel, on parle donc ici de Paris, un supplément qui porte bien son nom. En effet, il s'agit ni plus ni moins que d’une sorte de city book, un guide permettant de faire évoluer vos PJ au cœur du Paris de l’époque de façon simple (ce n’est ni une somme historique, ni un guide maison par maison…) et pratique (c’est surtout une série de conseils, de listes et d’outils).

    ti-paris-eclate

    Comme on le voit sur l'éclaté (bah quoi, j'y peux rien, c'est le jargon) ci-dessus, les XII Singes ont fait un bel effort et même mis les petits plats dans les grands pour ce supplément. Il s’agira donc d’un pack contenant quatre livrets couverture couleurs (et ouais !) et d’une grande carte de la ville au format poster signée, bien sûr, du talentueux Maxime Plasse. Enfin, surprise du chef, on trouvera également… un nouvel écran de jeu inédit spécialement dédié à l’exploration de la ville.

    De plus, ce même numéro contient un scénario clefs-en-mains afin que chacun puisse exploiter sans tarder la boîte à outils qu'est ce city book consacré à la capitale du Roi-Soleil. En effet, il n'y a pas de "vrai scénario" (vous avez noté les guillemets ?) dans le supplément.

    jdr-mag-1

    Le scénario s'appelle donc "La tournée des Grands Ducs" et traite, notamment, de la question des cours des miracles parisiennes. Comme vous le voyez, mon gentil éditeur, Les XII Singes, n'a pas fait les choses à moitié pour soutenir cette publication car ils ont aussi livré aux magazines des illustrations originales. Et en couleurs, messieurs-dames !

     jdr-mag-2

    Le scénario est joliment mis en page et bien illustré, par exemple ici avec un extrait du plan de Turgot. Pas de doute, on est bien à Paris !

    jdr-mag-3

    Et hop, encore de l'illu couleur inédite : on ne se refuse rien ! Les experts auront reconnu du Fred Pinson, illustrateur attitré de toute la gamme TI.

    Au final, on a donc un scénario de 12 pages signé Bibi et mis en forme dans un format A4 couleurs qui, peut-être, vous changera des standards de la gamme.

    Bref, comment hésiter ?


    votre commentaire
  • Bon, c'est encore une fois un peu à l’arrache, hélas, que je viens vous entretenir d'une exposition hautement recommandable. En effet, l'expo Persona, visible au musée du quai Branly, ferme ses portes dans quelques jours seulement (dès le 13 de ce mois, en fait :-/).

    http://www.quaibranly.fr/fr/expositions-evenements/au-musee/expositions/details-de-levenement/e/persona-36255/

    Alors, c'est un peu une expo conceptuelle dont le propos n'est pas si aisé à résumer. En gros, il s'agit d'interroger le thème de l'animation ou de la personnification des objets aussi bien à travers l'ethnographie, l'art, la robotique, etc.

    Exposition Persona (Paris)

    Plus en détail, voilà l'argumentaire des organisateurs de l'expo eux-mêmes :

     

     

    Nombreux sont les objets qui ont un statut plus proche de celui d’une personne ou d’une créature que d’un simple objet. Objets d’art – occidental ou non occidental, populaire ou contemporain –, ou produits high tech – robots, machines, etc. – se voient régulièrement attribuer, dans leur utilisation, des capacités d’action insoupçonnées, qui en font des quasi-personnes. Comme l’enfant qui voue une passion à son doudou ou celui qui peste contre son ordinateur ou son mobile en lui reprochant d’être incompétent ou têtu. Comme le chamane qui convoque les esprits à travers une statuette prenant les traits des dieux.

     

    Ce transfert ou cette confusion qui s’opère alors entre l’humain et le non-humain, et la relation particulière et personnalisée qui les lie, dans les cultures les plus variées, est le vaste sujet de cette exposition d’anthropologie. Une incursion par la robotique, via l’oeuvre pionnière de Masahiro Mori, permettra de comprendre le rôle de l’anthropomorphisme dans les artefacts les plus divers, et ce qui se joue lorsqu’un robot à l’apparence trop humaine – ou toute autre pièce au réalisme intimidant – croise notre regard, jusqu’à le déstabiliser.

    Ehé, animer des bonshommes à partir de trois fois rien, ça nous connaît nous autres rôlistes, pas vrai ?

    De fait, j'ai trouvé cette expo très rôlistes friendly et, s'il est encore temps, je vous en recommande la visite (ou la consultation du catalogue, au pire).

    Exposition Persona (Paris)

    Alors, déjà, comme on le constate sur les clichés de cet article, l'expo, par nature, brasse large. Amateurs d'horreurs gothiques (fantômes, golems...), de transhumanisme cyber (IA, robots... il y a même un poste informatique sur lequel vous pouvez faire passer un test de Turing à un logiciel !) ou... de Terra Incognita (automates, peuplades étranges...) : vous pourrez tous trouver votre bonheur et l'inspi dans cette chouette expo.

    Exposition Persona (Paris)

    L'amateur de Maléfices (et consorts...) qui sommeille (pas tant que ça en ce moment, d'ailleurs ;-) ) en moi a été particulièrement marqué par quelques objets liés aux expériences spirites et/ou à la chasse aux esprits.

    On voit ainsi ci-dessus une mallette de chasseur de fantômes des années 1930 assez surprenante et présentée comme authentique. Ou, ci-dessous, une main spirite (que l'esprit fait tourner tout seul comme un grand pour qu'elle désigne quelqu'un ou quelque chose).

    Ces deux objets sont issus des collections d'une institution très intrigante découverte à l'occasion : le Surnatéum (http://www.surnateum.org/french/). Il s'agit d'un vrai cabinet de curiosités autour des objets ayant trait d'une façon ou d'une autre au surnaturel. Fascinant ! Ils n'ont pas de lieu d'exposition mais leur site web est déjà très riche et fourmille de dizaines d'inspis.

    Exposition Persona (Paris)


    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  • Et ouais, après pas mal d’hésitations et de tergiversations, on a fini par rallumer les moteurs du Fix, la partie "infos" du projet Di6dent.

    Pour les étourdis, c'est là que ça se passe : http://lefix.di6dent.fr/

     

    Ils ont fixé le Fix !

     

    Ouep, c'est pas une erreur. Un site web. Ça nous a pris un petit moment pour en arriver à cette conclusion mais, en effet, le Fix est désormais un site web.

    Petit rappel historique.

    A l'origine, le Fix avait été conçu pour être le pendant de notre mook. Au mook, les analyses, scénarios, aides de jeu, etc., bref, tout ce qui peut s'utiliser autour d'une table de jeu ou qui est un peu long à lire. Zou, au format papier. Au Fix, les news, les interviews d'auteurs ou d'éditeurs sur leurs nouveaux projets, etc., bref, toute l'info volatile en PDF. Aussitôt lue, aussitôt mise à la poubelle.

    Dans ce cadre, le Fix était donc une newsletter gratuite, sans pub, sur abonnement, au format PDF, de quelques pages, directement envoyée chaque semaine dans ta boîte aux lettres virtuelle.

    On a tenu quelques années à ce rythme, publiant un peu plus de 170 de ces Fix, certains constituant de réels morceaux de bravoure nous ayant valu félicitations et lettres d'insultes.

    Et puis, courant 2015, il a fallu nous rendre à l'évidence : nous n'avions plus assez de ressources humaines pour faire face à des retards devenus trop conséquents sur le mook et pour nous permettre de passer tant de temps sur des Fix éphémères. Nous avions décidé alors de suspendre le Fix jusqu'à nouvel ordre afin de sauver un projet assez proche à ce moment là, il faut le dire, de décéder.

    A vrai dire, en dehors de la débordation (si, ça se dit), il y avait deux ou trois autres grains de sable qui avaient commencé à nous poser problème : les lettres d'insulte susdites, des relations parfois difficiles avec des éditeurs persuadés d'être les seuls à être brocardés dans le Fix, la sensation diffuse de ne pas être vraiment lus (scrollés vite fait, oui, mais pas vraiment lus). Bref, on n'était plus trop sûrs de nous avec le Fix.

     

    Ils ont fixé le Fix !

    C'est alors qu'on le croyait mort et enterré pourtant que le Fix est revenu à la vie en l'espace de quelques semaines de préparation seulement. On a décidé d'adopter une forme plus classique (le site web, donc) mais sans doute à la fois plus proche des moyens dont nous disposons et des véritables attentes du public (eh, on peut pas avoir toujours raison non plus, pas vrai ?).

    Cela dit, ami nostalgique (oui, si tu es rôliste, tu es sûrement un nostalgique en puissance), tout n'est pas perdu niveau newsletter. Si tu t'abonnes (c'est toujours gratuit), tu peux en recevoir une à la fin de chaque semaine qui fait le bilan des news publiées et te remets sous les yeux ton planning préféré.

    Ils ont fixé le Fix !

    http://lefix.di6dent.fr/abonnement

    Cela fait partie des nombreux petits aménagements que l'on fait au fur et à mesure sur ce Fix nouveau qui est, pour ainsi dire, encore en bêta. Par exemple, la page dédiée au suivi des foulancements n'est pas encore vraiment complétée, les interviews que l'on a lancé ne sont pas encore prêtes, les "C'est Lundi... c'est gratuit !" sont encore en phase de rodage, etc.

    Bref, il est encore temps pour toi, ami lecteur, d'intervenir. Si tu as des remarques, des doutes, des envies, à propos du Fix, c'est le moment de les manifester ici, sur Facebook ou même en commentaires des articles dudit Fix.

    On vous attend de pied ferme ;-)

     


    votre commentaire

  • votre commentaire